Se donner une chance d’être aimé

Le grand drame de mon existence est que je crois en l’amour, le vrai, l’amour avec un grand A. Par conséquent, me retrouver mariée à une personne qui ne m’aimait pas a été l’épreuve la plus difficile de ma vie. Chaque fois qu’il m’arrive de dire que je n’étais pas aimée de mon ex, un vent de protestations s’élève. Personne ne croit ni n’accepte qu’il soit possible d’épouser une personne sans l’aimer. Laissez moi vous dire que la réalité est toute contraire.

A l’origine et selon Wikipedia, le mariage n’était rien d’autre que « l’alliance politique de deux familles ». Les raisons de le contracter pouvaient être diplomatiques, mais bien souvent elles étaient économiques. D’où l’existence des dots, du prix de la fiancée et des legs. Aujourd’hui encore, bien caché derrière un idéal romantique, le calcul est tout aussi froid. Devant la difficulté bien réelle de trouver la personne idéale, les hommes tout autant que les femmes, se contentent d’une personne qui réunit des critères de bases.

Je n’ai compris qu’au bout de cinq ans que les raisons de ce mariage étaient plus pratiques que romantiques. Croyez bien que j’aurais souhaité l’avoir su bien avant. Aussi difficile que ça puisse être d’accepter que l’amour qu’on nourrit pour une personne n’est pas réciproque, il est préférable de se rendre à l’évidence le plus tôt possible, sous peine de s’exposer aux pires traitements. Dans mon cas, il s’agissait d’une profonde, constante et persistante indifférence à mes sentiments. J’avais l’impression de ne pas exister, de ne pas compter et surtout de ne pas être digne d’être aimée.

Le traumatisme était tel, que j’ai développé une aversion pour les gens qui ne répondent pas à mes messages. Je n’ai aucune tolérance pour les papes du « ghosting » et les rois du « laissé en vue » parce que trop souvent je me suis sentie invisibilisé. Après les évènements du 1er Janvier, lorsqu’il m’est arrivé d’essayer de communiquer, mes messages étaient reçus, lus et ignorés avec succès. Mon existence me semblait niée.

Rester auprès d’un partenaire qui vous tolère plus qu’autre chose c’est faire l’expérience d’une solitude plus grande que la solitude du célibat. Vos qualités ne suffisent pas et vos défauts sont passés à la loupe grossissante. Aucun effort n’est jamais à la hauteur.

J’ai compris avec le temps que cette séparation était une bénédiction pour tout le monde parce que le temps ne peut pas soigner le désamour. On aime ou on n’aime pas et on n’y peut rien. Alors je suis toujours scandalisée de voir le nombre de personnes qui subissent le désamour et l’indifférence de leur partenaire au nom du mariage ou par peur du célibat. Combien de violences verbales et physiques auxquelles on tarde à mettre un terme ? Combien d’infidélités ? Combien de jours, de mois, d’années avec un partenaire qui refuse de communiquer ? Qui nous rejette ostensiblement ? Qui nous regarde avec dégoût ? Qui nous glisse la phrase assassine qu’on n’oubliera plus jamais ?

Tu me fatigues… tu m’insupportes… tu m’étouffes…

Un jour que j’exprimais mon incompréhension au sujet de ces femmes (oui, il s’agit souvent des femmes) qui acceptent docilement l’humiliation de trop, un ami m’a répondu qu’il est dans la nature des femmes de rechercher l‘amour et la sécurité. A quoi j’ai répondu : « Justement ! Alors pourquoi rester dans un mariage qui n’offre ni l’un, ni l’autre ? »

Contrairement à ce que mon statut de féministe laisse croire, je suis comme toutes les autres femmes. Moi aussi je recherche l’amour et la sécurité. J’ai souvent vu des gens s’étonner du fait que j’envisage et je planifie très sérieusement de me remarier un jour. Bien que je n’aie toujours pas rencontré mon futur époux, j’ai une vision très claire de ce que sera notre vie à deux. Je rêve d’être aimée. Pas d’un amour qui blesse mais d’un amour qui réjouit et dont on veut plus à chaque instant. Je rêve du sentiment incroyable d’être si attaché à une personne, la connaître si profondément et l’aimer si fort qu’on a l’impression que son cœur ne peut contenir plus d’amour. Je rêve que mon mec soit mon Cheerlearder, mon fan numéro un et mon co-pilote. Je rêve de l’empire que nous allons construire à deux.

Je rêve que nous soyons ce couple que ni les prises de tête inévitables, ni les pétasses de passage ne peuvent séparer. Comme Jay-Z et Beyonce, comme Barack et Michelle… et si je prends l’exemple de couples célèbres, c’est seulement parce que vous ne connaissez pas mes grands-parents, qui pendant plus de 60 ans ce sont respectés, aimés et choyés. C’est donc possible. Oui, l’Amour existe !

Pourquoi voudrais-je sacrifier ce rêve pour rester avec une personne qui ne fera que retenir son souffle en attendant que la mort nous sépare enfin ?

Alors, oui, c’est sans hésitation que j’ai tourné la page de mon mariage raté. Je n’ai même pas essayé de sauver ce qui ne pouvait pas l’être. Comme le dit Stephen Covey : « Courir après un serpent venimeux une fois qu’il vous a mordu ne sert qu’à accélérer la circulation du poison dans tout le corps. Il est beaucoup plus important de prendre tout de suite des mesures pour extraire le poison ».  

Pourtant j’aurais aimé avoir tort. J’aurais aimé être celle pour qui on se bat parce qu’on a peur de la perdre mais ce n’était pas ma réalité. Alors j’ai décidé de troquer l’illusion d’un couple parfait contre l’espoir d’un amour bien réel. Ma décision a été mise à l’épreuve plus d’une fois par ma famille et des amis, qui par bienveillance (je l’espère), m’exhortaient à reconsidérer, à envisager, à essayer… J’ai fini par comprendre que l’incroyable longévité des couples mal assortis tient à deux choses : d’abord à la peur et ensuite au manque de confiance en soi.

La peur de ne pas trouver mieux, la peur d’être seul, nous pousse à choisir la première personne qui se présente à nous plutôt d’attendre l’arrivée de la personne qu’il nous faut. D’ailleurs son arrivée semble hypothétique et on se refuse à prendre le risque d’être à jamais seul. Cette peur ne nous prive pas seulement de notre bonheur immédiat, elle nous prive aussi de l’éventualité d’un bonheur futur. Car au jeu de la vie, on peut parfois perdre mais on ne peut jamais gagner si on refuse de jouer.

Le manque de confiance en soi ou l’impression de ne pas être assez bien, de ne pas mériter mieux, accentué par le douloureux sentiment de rejet que nous fait ressentir un partenaire peu aimant, nous persuade, de la façon la plus déraisonnable, qu’on ne trouvera personne de plus compatible. On pense que parmi les sept milliards d’être humain que compte la terre, il n’y a qu’une personne qui pourrait nous tolérer et qu’on ferait mieux de s’accrocher à celle-là avec la dernière énergie. On se convainc que si cette personne ne nous aime pas, alors nous ne sommes aimables aux yeux de personne d’autre.

J’ai refusé de me laisser guider par la peur ou le sentiment de ne pas être assez bien. J’ai refusé de réduire ma vie entière à essayer de réparer désespérément les dégâts d’un choix malheureux. J’ai choisi l’espoir. J’ai choisi mon rêve. Alors il ne me restait que trois options : consoler mon égo blessé, me draper dans ma dignité et m’en aller… pour me donner une chance d’être aimée.

28 commentaires sur « Se donner une chance d’être aimé »

  1. Très beau texte. Merci de dire tout haut ce qu’on pense vraiment tout bas.
    Moi j’ai toujours rêvé d’être aimé et je n’échangerais ce choix pour rien au monde.

    A te lire je ressens une femme merveilleuse et courageuse❤
    “Il” aura de la chance😊

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai fais le même choix que toi et je ne le regrette pas une seule seconde. J’ai même le sentiment de revivre… Oui y a bien longtemps que j’étais morte mais je l’ignorais. Oui je crois en l’Amour, et je suis convaincue qu’il est en route. Merci pour ce beau texte.

    Aimé par 1 personne

  3. Faire Le choix de respirer à nouveau, de ne plus voir son amour être foulé au pied, ça demande une force incroyable. Je suis heureuse pour toi, pour avoir choisi ton bonheur plutôt que le paraître.
    Beaucoup de femmes n’ont pas ce courage, restent pour des raisons qui sont les leurs et je ne peux les juger pour leur choix. Quand tu sais ce qu’être aimée (et aimer) est et n’est pas, ça ajoute de la force dans la décision de rester ou partir.
    Très beau texte, Marie Noëlle. ❤️

    Aimé par 1 personne

  4. On m’a longtemps dit que je suis rêveuse et idéaliste pourtant je ne suis que très réaliste sur la façon dont dont j’ai envie de vivre chaque jour sur cette terre. Te lire, m’abreuver de tes mots est toujours un exercice sain pour lequel j’aime prendre du temps. Tu parles sans filtre et ce dont tu parles est si profond. Oui on peut essayer de se battre toute sa vie pour être aimée mais ça ne devrait pas être ainsi. Je regarde mon époux chaque jour et je vois cette flamme qui ne le quitte jamais quand il s’agit de me valoriser, de m’accompagner dans mes délires ou de me stopper quand je veux faire des choix peu judicieux pour moi. C’est tout ça qui mérite d’être protégé jusqu’à ce que la mort nous sépare…merci MN

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour,

    Je me permets de te tutoyer … tellement je me sens proche de toi sans te connaitre ! Le lien vers ton blog ( que je ne connaissais pas) m’a été envoyé par mon grand frère hier.

    Je ne peux m’empêcher de te féliciter pour ton courage et ta franchise aux yeux de tous !!!
    Je tiens également à te rassurer sur le fait que (n’en déplaise à certains)nous sommes nombreuses à penser comme toi et à l’assumer. 😉😃
    Alors soutien total et inconditionnel à toutes les filles et femmes qui se donnent une chance d’être aimées.
    😘😘😇

    Aimé par 1 personne

  6. Très beau texte
    Malheureusement je me reconnais un peu ds ce type de relation, mais du côté de l’homme,
    Où lon cesse presque d’exister , mais tâchant de sauver les apparences aux yeux des autres
    Le plus triste c’est qu’on devient méchant et odieux avec notre partenaire coe vous l’avez dit , sans même sans rendre compte
    Partir, divorcer serai là solution , mais la peur du jugement/déception des proches ( ce qui en soit est absurde je le sais..) mais surtout en tant que homme , la peur de ne plus pouvoir voir (autant) ses enfants tous les jours ( la garde va toujours aux femmes) repoussent les échéances de la séparation ( même si elle est inéluctable) et nous pousse à rester dans une relation que nous savons depuis bien longtemps bquellz ne nous mènera nulle part
    J’aimerai avoir votre courage un jour , afin de passer à autre chose un jour…

    Aimé par 1 personne

    1. Je vous comprends. Partir nécessite du courage et je suis reconnaissante que mon ex mari ait eu ce courage, même si la façon de le faire aurait pu être plus élégante. Il m’est arrivé moi aussi d’être dans la position de celui qui n’aime plus et je suis partie parce que je savais que l’autre méritait mieux. Avec les enfants on peut toujours s’arranger mais avec sa conscience non. Je vous souhaite de trouver/retrouver la paix et l’amour qui vous manque !

      J'aime

  7. Hello ma belle !
    Je me permets de t’appeler ainsi parce qu’en te lisant, c’est le 1 er mot qui m’ait venu à l’esprit.
    Ton histoire est tellement la mienne. La douleur, la colère, l’angoisse après une rupture et un divorce houleux et violent physiquement. Le linchage que je subis toujours de la part de mon ex-mari même après 2 ans de séparation . La honte même d’avoir échouée, de ne pas avoir offert une stabilité familiale à mon fils. La honte d’être vue par les autres comme étant une ratée ou pointée du doigt pour l’échec de mon mariage.
    2 ans et heureusement que j’ai eu le courage d’accepter cette demande de divorce qui m’avait anéantie. 2 ans et je renais, je revis…je me sens légère, heureuse, amoureuse de moi-même, amoureuse de la vie, Libre. Et oui tout comme toi, je choisis l’Espoir, la Vie, l’Amour ; Oui je rêve d’être Aimée et je crois fermement que je rencontrerai l’Homme que le bon Dieu aura choisi pour moi (Oui je prie).
    Cela fait du bien de ne pas se sentir toute seule. Merçi
    Je te souhaite de trouver ton Âme-Soeur. Soit bénie

    J'aime

    1. À l’époque je me croyais la seule en vivre et à ressentir toutes ces choses, tellement peu de gens en parlent. Je réalise combien c’est important de partager sur nos expériences pour que les autres se sentent moins seuls. Merci pour ton témoignage Davina ! 😘

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :